Accès rapide au site buildr.fr :
Marc Pigeon, président de l’Union européenne des promoteurs constructeurs (Crédits : Michel Nunes)
Marc Pigeon, président de l’Union européenne des promoteurs constructeurs (Crédits : Michel Nunes)

L’œil de Buildr

Cette entrevue nous présente les problématiques mises en avant par les professionnels du secteur et notamment par Marc Pigeon, président de l’Union Européenne des promoteurs constructeurs. Selon lui, le logement représente un défi européen. Il s’agit en réalité de plusieurs challenges de natures différentes.

Nous constatons la hausse des prix immobiliers, tandis que le niveau de vie des ménages n’augmente pas, les modèles de villes ne sont plus adéquat et doivent être repensés… Mais les professionnels du secteur se heurtent aussi à un problème de financement.

En effet, le financement d’une opération de promotion immobilière, est généralement constitué par le crédit bancaire, à hauteur de 40% en moyenne, la pré-commercialisation du programme (qui doit avoir atteint environ 50% avant que les banques n’envisagent l’octroi du crédit), et enfin les fonds propres, à hauteur de 10% à 20%.

Les accords de Bâle durcissant les conditions de production de crédits, les promoteurs immobiliers se doivent de disposer d’une part de fonds propres accrus pour la construction de leurs nouveaux projets.

Le président de l’UEPC assure que la situation est compliquée pour les acteurs de la promotion immobilière, et exhorte à trouver de nouvelles réponses.

Les plateformes de crowdfunding immobilier, qui ne cessent de se développer, représentent une solution de financement complémentaire. Elles permettent de collecter des fonds propres rapidement grâce aux investisseurs, et ainsi d’augmenter les fonds propres initiaux. Le promoteur peut alors garder ses capitaux en cas de besoin de trésorerie.

De plus, les taux des crédits bancaires étant historiquement bas, le crédit est plus intéressant pour ces derniers en terme d’effet de levier, l’endettement permettant d’augmenter la capacité d’investissement de l’entreprise.

Le secteur immobilier est en pleine mutation, et il n’a pas fini de se heurter à de nouvelles difficultés, mais il n’a pas non plus fini de générer de nouvelles solutions.

Extrait de l’article

Le président de l’UEPC l’assure : « On est au fond du trou ! ». Et exhorte à inventer de nouvelles réponses.

« Si on continue à concentrer les gens dans les métropoles où tout sera plus cher, on n’aura pas d’autres choix que de donner plus d’argent aux gens pour les aider à se loger ! »

Car le problème de financement est un autre point fustigé par Marc Pigeon : « Il y a moins de financements publics pour le développement immobilier. Plutôt que d’être mis dans l’activité immobilière, l’argent est donné sous forme d’allocations logement car il faut bien aider les ménages à financer leur logement. Il faut définir la bonne politique pour aider le logement abordable… Les régulations financières du Comité de Bâle durcissent les conditions de production de crédits et il faudra de plus en plus de fonds propres pour un projet immobilier. Aujourd’hui, tous les acteurs du logement social se plaignent qu’il y a moins de financements publics. Alors pourquoi ne pas mobiliser des financements privés pour accompagner les politiques publiques ? »

Source : objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr

mattis ut dictum massa lectus Sed dolor tempus luctus